Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Association pour le Souvenir de l’Exil républicain Espagnol en France

ASEREF

Commémoration du 8 mai : les républicains espagnols une fois de plus oubliés de l’Histoire

Après Harlem Désir, Kader Arif réécrit aussi l’Histoire

Monsieur Kader Arif secrétaire d’Etat aux anciens combattants dans son message du 8 mai 2014 a rendu hommage aux combattants artisans de notre libération. Un message lu par tous les maires de France devant les monuments aux morts lors de la commémoration du 69ème anniversaire de la victoire contre le nazisme du 8 mai 1945.

Dans son message, à propos du 70ème anniversaire de la libération (1944 – 2014), Monsieur Arif rend hommage à « ceux venus de près de 15 nations engagés dans l’opération overlord qui débarquèrent en Normandie le 6 juin 1944, ceux venus de métropole et d’Afrique du Nord engagés dans la campagne d’Italie qui entrèrent dans Rome le 4 juin 1944, ceux sous commandement du général de Lattre qui prirent pied en Provence le 15 août 1944. »

Une fois de plus les républicains espagnols sont oubliés eux qui ont été si mal accueillis en France en 1939 et qui ont contribué à la libération par leur engagement notamment dans la résistance dès les premiers moments de l’occupation nazi.

En septembre 2012 au nom de l’association pour le souvenir de l’exil républicain espagnol en France je demandais au président de la République la reconnaissance officielle nationale qu’attendent les républicains espagnols, leurs descendants pour le rôle qu’ils ont joué dans la libération de la France et de nombreuses grandes villes. Rappelons que les premiers chars de la division Leclerc entrés dans Paris le 24 août 1944 étaient pilotés par des républicains espagnols.

Ces républicains espagnols qu’un gouvernement de la troisième République française enferma en 1939 dans des camps de concentration bien français, plusieurs milliers y laissèrent leur vie. Ces républicains espagnols déportés sur dénonciation de la police de Vichy vers les camps nazis, notamment Mauthausen, plusieurs milliers y furent exterminés. Ces républicains espagnols contraints aussi au travail forcé sous surveillance policière en France dans les années quarante. La France doit reconnaître sa responsabilité historique pour ces dizaines de milliers de morts républicains espagnols, La France doit reconnaître leur rôle de libérateurs au même titre qu’elle l’a fait pour les autres résistants. Ces pages d’histoire de France occultées depuis trop longtemps doivent être intégrées dans les manuels scolaires.

Cette reconnaissance n’a toujours pas eu lieu. Pire, monsieur Harlem Désir alors secrétaire du parti socialiste aujourd’hui ministre devait lors d’une émission de télévision le 21 janvier 2013 déclarer à propos du Mali « « Juste avant cette émission, j’étais à Montreuil où nous organisions une réunion de solidarité avec le peuple malien et j’ai vu des hommes et des femmes, beaucoup de Maliens de France, qui étaient à la fois inquiets, pour leur pays, comme ont pu être des réfugiés, vous savez, des Espagnols ou autres qui ont été accueillis en France au moment où leur pays traversait des drames, ou des guerres, et qui en même temps étaient fiers de la solidarité de la France qui étaient soulagés, qui étaient reconnaissants ».

Nous écrivions alors dans un courrier de protestation « Monsieur Harlem Désir n'ignore pas l'Histoire. Ces propos ne relèvent pas d’une méconnaissance de ce qui s’est passé en 1939 lors de l’exil des républicains espagnols, ces propos confirment la volonté au plus haut niveau de l’Etat de nier certaines pages honteuses pour la France. S’il y a eu en France solidarité à l’égard des réfugiés espagnols, elle venait du peuple français et non pas des autorités gouvernementales de la troisième République.

C’est bien le gouvernement du Président du Conseil Radical-socialiste Edouard Daladier qui enferma des dizaines et des dizaines de milliers de républicains espagnols dans des camps de concentration, plusieurs milliers y sont morts.

C’est bien le gouvernement de la troisième République qui en 1939 a signé des décrets de surveillance des espagnols, qui les a fiché camp par camp. Des fiches récupérées ensuite par Vichy pour faire déporter les espagnols vers l’Allemagne nazie ou les renvoyer chez Franco.

C’est bien la France de la troisième République qui a utilisé les espagnols dans l’économie nationale pour remplacer la main d’œuvre française mobilisée par la mise en place de compagnie de travailleurs étrangers étroitement surveillées. »

Aujourd’hui en ce 8 mai 2014 un ministre de la République récidive en omettant sciemment le rôle des républicains espagnols dans la libération de la France.

Au nom de notre association pour le souvenir de l’exil républicain espagnol en France (ASEREF) j’exprime l’indignation de tous les descendants et amis de celles et ceux qui ont versé leur sang pour la liberté et dénonce cette volonté de réécrire l’histoire. Il est temps que la France reconnaissance officiellement l’apport important des républicains espagnols aux côtés des autres forces de la Résistance.

Eloi Martinez Monégal

Président de l’Association pour le Souvenir de l’Exil républicain Espagnol en France (ASEREF)

Partager cet article

Repost 0