Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’Association pour le Souvenir de l’Exil Républicain Espagnol en France (ASEREF) a tenu samedi 24 octobre son assemblée générale annuelle au cours de laquelle ont été élus à l’unanimité les 25 membres du conseil d’administration ainsi que les 12 du nouveau bureau. Eloi Martinez a été réélu à la présidence d’ASEREF, Nicole Josse et Manuelle Parra ont été élues respectivement trésorière et secrétaire. Sont également membres du bureau : Lina Angles, Antoine Beltran, Cèdre Cadena, Thierry De La Rica, Bruno Garcia, Anita Liberti Garcia, Manuel Madrona, Mireille Neu Pujol et Michel Ramos.
L’Assemblée générale a approuvé à l’unanimité le bilan financier de l’association et a débattu des projets à venir pour 2010.
Le Président dans son rapport d’activité a rappelé que l’association qui ne comptait que quelques membres début 2009 est forte aujourd’hui de plus de 100 adhérents résidants majoritairement à Sète et le bassin de Thau mais aussi dans tout le département de l’Hérault mais aussi dans d’autres régions de France ainsi qu’en Espagne. Le bilan de neuf mois d’activité est plus que positif : exposition « Rouges sous haute surveillance » à la bourse du travail pendant cinq semaines en début d’année avec 800 visiteurs et plus de 150 témoignages écrits, pose de la plaque sur le môle Saint-Louis en souvenir du Sinaïa qui emmenait le 25 mai 1939 plus d’un millier de républicains espagnols vers le Mexique, exposition à Balaruc les Bains au mois d’août dans le cadre des journées espagnoles, pose d’une plaque au Lazaret le 17 octobre dernier en souvenir des enfants de la guerre d’Espagne accueillis en ce lieu entre 1937 et 1939. Une année bien remplie pour l’ASEREF qui a déjà de nombreux projets pour 2010. Citons d’ores et déjà un projet d’exposition au lycée Joliot Curie en janvier dans le cadre d’un projet pédagogique initié par les enseignants, des conférences débat sur les années noires de la dictature franquiste qui seront principalement animées par Manuel Madrona qui a passé dix ans de sa vie dans les geôles du dictateur, un projet sur Frontignan et un autre sur Montpellier. ASEREF s’emploiera également à constituer un fonds d’archives et documentaire…

Partager cet article

Repost 0