Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Petite fille d'un combattant de La Nueve, Marianne a été porte drapeau à Paris le  25 août 2013; l'occasion de s'entretenir et de rencontrer Anne Hidalgo petite fille de républicain espagnol et première adjointe au maire de Paris. Une rencontre empreinte de fraternité entre descendants de la République espagnole. merci à Vincent Kervel pour les photos
Petite fille d'un combattant de La Nueve, Marianne a été porte drapeau à Paris le  25 août 2013; l'occasion de s'entretenir et de rencontrer Anne Hidalgo petite fille de républicain espagnol et première adjointe au maire de Paris. Une rencontre empreinte de fraternité entre descendants de la République espagnole. merci à Vincent Kervel pour les photos
Petite fille d'un combattant de La Nueve, Marianne a été porte drapeau à Paris le  25 août 2013; l'occasion de s'entretenir et de rencontrer Anne Hidalgo petite fille de républicain espagnol et première adjointe au maire de Paris. Une rencontre empreinte de fraternité entre descendants de la République espagnole. merci à Vincent Kervel pour les photos
Petite fille d'un combattant de La Nueve, Marianne a été porte drapeau à Paris le  25 août 2013; l'occasion de s'entretenir et de rencontrer Anne Hidalgo petite fille de républicain espagnol et première adjointe au maire de Paris. Une rencontre empreinte de fraternité entre descendants de la République espagnole. merci à Vincent Kervel pour les photos
Petite fille d'un combattant de La Nueve, Marianne a été porte drapeau à Paris le  25 août 2013; l'occasion de s'entretenir et de rencontrer Anne Hidalgo petite fille de républicain espagnol et première adjointe au maire de Paris. Une rencontre empreinte de fraternité entre descendants de la République espagnole. merci à Vincent Kervel pour les photos
Petite fille d'un combattant de La Nueve, Marianne a été porte drapeau à Paris le  25 août 2013; l'occasion de s'entretenir et de rencontrer Anne Hidalgo petite fille de républicain espagnol et première adjointe au maire de Paris. Une rencontre empreinte de fraternité entre descendants de la République espagnole. merci à Vincent Kervel pour les photos

Petite fille d'un combattant de La Nueve, Marianne a été porte drapeau à Paris le 25 août 2013; l'occasion de s'entretenir et de rencontrer Anne Hidalgo petite fille de républicain espagnol et première adjointe au maire de Paris. Une rencontre empreinte de fraternité entre descendants de la République espagnole. merci à Vincent Kervel pour les photos

Nous étions hier 25 août 2013 à Paris, pour la deuxième année le drapeau de la seconde République espagnole a flotté sur le parvis de l'Hôtel de Ville nous avons transmis le drapeau à notre porte drapeau cette année, il s'agit de Marianne Vasquez petite fille de Joaquin Vasquez soldat républicain espagnol de la Nueve entré dans Paris le 24 août 1944. L'occasion, lors de la réception officielle après la cérémonie de nous entretenir avec Anne Hidalgo première adjointe au maire de Paris. une rencontre chaleureuse empreinte de fraternité entre descendants de républicains espagnols.

Transmission du drapeau de la seconde République à Marianne Vasquez petite fille de Joaquin Vasquez républicain espagnol soldat de la Nueve qui entra dans paris le 24 août 1944

Intervention d’Eloi Martinez Paris le 25 août 2013 avant la cérémonie officielle de la libération de Taris

II y a juste un an nous étions réunis ici même pour rendre hommage aux soldats de la Nueve qui entrèrent dans Paris le 24 août 1944. Pour la première fois depuis 68 ans le drapeau de la Seconde République espagnole a flotté sur le parvis de l’Hôtel de Ville lors de la cérémonie officielle de la libération de Paris. Nous avons obtenu cette première reconnaissance des républicains espagnols par la ténacité de nombreuses associations mémorielles françaises et espagnoles et grâce à une lettre adressée au maire de paris accompagnée de près d’un millier de signatures.

En ce 25 août 2013 notre drapeau flottera à nouveau lors de cette cérémonie comme il devra désormais flotter chaque 25 août. En 2014 ce sera le 70ème anniversaire de la libération. Faisons en sorte tous ensemble à nouveau, pour que le rôle des républicains espagnols dans la résistance, dans l’armée française et partout où ils ont lutté pour la libération de la France ne tombe pas dans les oubliettes de l’histoire. Nous solliciterons la ou le futur maire de Paris qui sera élu en 2014 pour que cette année anniversaire soit l’occasion de rendre un hommage officiel aux républicains espagnols comme nous le demanderons à nouveau aussi au Président de la République.

Continuons à demander vérité, justice, reconnaissance et réparation ici en France pour les républicains espagnols comme le font les associations espagnoles pour les victimes du franquisme en Espagne. Nous assurons ces associations de toute notre solidarité active pour mettre fin à l’impunité des crimes du franquisme.

L’année dernière j’ai eu l’honneur d’être le premier porte drapeau depuis 68 ans, aujourd’hui c’est avec beaucoup d’émotion que je transmets à Marianne notre drapeau de la seconde République espagnole ce 25 août 2013 pour qu’elle le porte fièrement sur le parvis de l’Hôtel de Ville tout à l’heure. Marianne est la petite fille de Joaquin Vasquez qui était l’un des soldats de la Nueve qui entra dans Paris e 24 août 1944. Je sais l’émotion qui est la sienne. Marianne nous pensons très fort à Joaquin ton grand-père et à tous les combattants républicains espagnols qui ont lutté en Espagne et en France contre le fascisme à tous ceux morts au combat ou en déportation. Merci à toi d’avoir accepté d’être là aujourd’hui pour les représenter et les honorer.

Eloi Martinez Porte drapeau des républicains espagnols lors de la cérémonie de la libération de Paris le 25 août 2013. Président de l’Association pour le Souvenir de l’Exil Républicain Espagnol en France (ASEREF)

Associations organisatrices : Amis des Républicains de la RP ; ASEREF ; Ay Carmela ; MERR32 ;MHRE-89

Intervención de Eloi Martínez el 25 de agosto de 2013

Hace justo un año estábamos reunidos aquí mismo para rendir homenaje a los soldados de la Nueve que entraron en París el 24 de agosto de 1944. Por primera vez desde hacía 68 años, la bandera de la II República ondeó en la esplanada del Ayuntamiento de París durante las ceremonias oficiales de la liberación de París. Obtuvimos este primer reconocimiento de los republicanos españoles gracias a la tenacidad de numerosas asociaciones francesas y españolas y gracias a la carta dirigida al alcalde de París acompañada con casi mil firmas.

Este 25 de agosto del 2013 nuestra bandera va a ondear de nuevo durante estas ceremonias como debería ondear de ahora en adelante el 25 de agosto. En 2014 se conmemorará el 70 aniversario de la Liberación. Actuaremos de nuevo todos juntos para que el papel de los republicanos españoles en la Resistencia, en el ejército francés y por todas partes donde lucharon por la liberación de Francia no caiga en el olvido. Solicitaremos al alcade (o a la alcadesa) de París elegido en 2014 para que ese año aniversario sea la ocasión de rendir un homenaje oficial a los republicanos españoles, como también se lo volveremos a pedir al presidente de la República.

Seguiremos pidiendo Verdad, Justicia , Reconocimiento y Reparación aquí en Francia para los republicanos españoles como lo hacen las asociaciones españolas para las víctimas del franquismo en España. Les aseguramos a todas esas asociaciones nuestra total solidaridad activa para permitir que se acabe con la impunidad de los crímenes del franquismo.

L’année dernière j’ai eu l’honneur d’être le premier porte drapeau depuis 68 ans, ce 25 août 2013 c’est avec beaucoup d’émotion que je transmettrai à Marianne Vasquez notre drapeau de la seconde République espagnole pour qu’elle le porte fièrement sur le parvis de l’Hôtel de Ville lors de la cérémonie officielle. Marianne est la petite fille de Joaquin Vasquez qui était l’un des soldats de la Nueve qui entra dans Paris e 24 août 1944. Je sais l’émotion qui sera la sienne à ce moment où nous penserons très fort à Joaquin son grand-père et à tous les combattants républicains espagnols qui ont lutté en Espagne et en France contre le fascisme à tous ceux morts au combat ou en déportation.

El año pasado tuve el honor de ser el primer abanderado desde hacía 68 años, este 25 de agosto del 2013 es con mucha emoción que transmitiré a Marianne Vasquez nuestra bandera de la II República para que la lleve con orgullo en la esplanada del Ayuntamiento de París durante la ceremonia oficial. Marianne es nieta de Joaquín Vasquez, que fue uno de los soldados de la Nueve que entró en París el 24 de agosto de 1944. Sé lo emocionada que estará en estos momentos en que pensaremos mucho en Joaquín, su abuelo, y en todos los combatientes republicanos españoles que lucharon en España y en Francia contra el fascismo, en todos los que murieron en los combates o en deportación.

Eloi Martínez, abanderado de los republicanos españoles durante la ceremonia de la liberación de París el 25 de agosto de 2013, presidente de la Asociación para el Recuerdo del Exilio Español en Francia (ASEREF, Contacto : 06 62 76 70 31 y 00 33 6 62 76 70 31)

Asociaciones francesas organizadoras : Amigos de los Republicanos Españoles en RP , ASEREF, AY Carmela, MERR-32, MHRE-89.

Asociaciones españolas presentes : AGE-Derechos, Asociación Foro por la Memoria, Fundación Domingo Malagón, Republicanos Cantabria.

París, 25 de agosto de 2013.

Intervention de Marianne Vasquez

Merci Eloi de m’avoir donné l’opportunité de porter ce drapeau
de la 2e République espagnole aujourd’hui.

C’est pour moi une grande fierté, un immense honneur et surtout l’occasion de rendre justice à tous ceux qui sont rentrés dans Paris, il y a 69 ans, à bord de ces fameux Half-tracks portant les noms de Guadalajara, Brunete, Teruel, Ebro, Santander, Guernica…

C’est la 2e année que ce drapeau flotte sur le parvis de l’hôtel de ville de Paris, il aurait du être porté pour la 69e fois, mais c’est déjà un grand pas de fait pour arriver, nous l’espérons tous, à une reconnaissance officielle nationale pour le rôle qu’ont joué ces valeureux soldats espagnols pour la libération de la France. Mon grand-père, Joaquin Vasquez était l’un d’eux.

Ils sont partis pour le Maroc, le Tchad, l’Angleterre, ils étaient à Sainte-mère l’église ou ils ont crié, avec un certain humour en référence aux camps de concentration, « A la playa ! A la playa ! » avant de débarquer dans la nuit du 31 juillet au 1er août. La division Leclerc était la première troupe française à mettre les pieds en France depuis quatre ans. Avranche, Le Mans, Ecouché, ils ont « foncé comme des diables » comme le disait Raymond Dronne leur capitaine.

C’est le 24 août 1944 que la 9e compagnie de la 2e division blindée du général Leclerc est entrée dans Paris par la porte d’Italie. Le 26 août, la Nueve fut saluée par le Général de Gaulle et reçut les honneurs militaires. Au risque de déplaire à de nombreux soldats français, de Gaulle chargea la Nueve de le couvrir jusqu’à Notre-Dame et avec le Général Leclerc ils furent également protégés par la Nueve dans la cathédrale même.
Le journal Libération publiera le 25 août « ils sont arrivés ! ». Quand la rumeur annonça qu’il s’agissait en fait d’Espagnols, de nombreux compatriotes accoururent. Plus de 4 000 Espagnols engagés dans la résistance intérieure participèrent à l’insurrection parisienne.

Ce régiment de républicains espagnols espérait finir sa lutte antifasciste à Madrid.
Ils ont quitté leur pays en 1939 avec la ferme intention d’y revenir dès sa reconquête. Mais la fin de seconde guerre mondiale ne leur a pas ouvert les portes du retour. Ils ont compris qu’ils ne retrouveraient jamais l’Espagne qu’ils avaient laissée derrière eux. Ils ont vieilli en France, certain
s sont morts avant d’être retournés Espagne.

Je ne peux m’empêcher aujourd’hui de penser à Maria, Stanislas, Eulalia, et Joaquin, mon grand-père, qui, il y a 69 ans, se battait tout près d’ici pour notre liberté. Il a continué son combat jusqu’en Allemagne. Avec des français, ils ont été les premiers à investir le « nid d’aigle » d’Hitler. Il s’est ensuite engagé aux côtés du général Leclerc et a embarqué pour l’Indochine. Il fut l’un des rares de la Nueve à en revenir.

Médaillé, entre autre, de la Croix de guerre avec étoile de bronze, il aurait aujourd’hui
90 ans, je suis fière de lui et je pense qu’en ce moment, ou qu’il soit, il doit être fier de la Nina qui porte
ce drapeau !

« Le travail de mémoire doit être un travail collectif car l’histoire appartient à tous, c’est notre patrimoine ».

Je voudrais remercier tous mes proches qui m’ont soutenue dans mes démarches et recherches, et tout particulièrement mon papa qui m’a aidée, en rassemblant tous ses souvenirs, son vécu, à retracer le chemin qu’à parcouru notre famille.

Merci à toutes les associations Françaises et Espagnoles qui se sont démenées pour que nous puissions être là aujourd’hui.

Merci à Evelyn Mesquida et à tous ceux qui m’ont aidée « para no olvidar » !

Muchas gracias a todos

Intervencion de Marianne Vasquez

Gracias a Eloi por haberme dado la oportunidad de llevar la bandera de la IIa República española hoy.

Es para mí un gran orgullo, un inmenso honor y sobre todo la ocasión de rendir justicia a todos los que entraron en París hace 69 años, a bordo de los famosos vehículos blindados que llevaban nombre Guadalajara, Brunete, Teruel, Ebro, Santander, Guernica…

Es el segundo año en que esta bandera ondea en la esplanada del Ayuntamiento de París, hubiera debido ser llevada por la 69 ava vez, pero es ya un gran paso dado para lograr, lo esperamos todos, un reconocimiento oficial nacional del papel desempeñado por aquellos valientes soldados españoles por la liberación de Francia. Mi abuelo, Joaquín Vasquez era uno de ellos.

Se fueron para Marruecos, el Tchad, Inglaterra, estaban en Sainte-Mère l’Eglise donde gritaron, con cierto humor en relación con los campos de concentración : « A la playa ! A la playa ! » antes de desembarcar en la noche del 31 de julio al 1° de agosto. La división Leclerc fue la primera tropa francesa que pisaba el suelo francés desde hacía cuatro años. Avranche, Le Mans, Ecouché, « arremetieron como demonios » como lo dijo Raymond Dronne su capitán.

Fue el 24 de agosto de 1944 cuando la novena compañía de la segunda división blindada del general Leclerc entró en París por la puerta de Italia. El 26 de agosto, la Nueve fue saludada por el general de Gaulle y recibió los honores militares. Arriesgando no agradar a algunos, de Gaulle encargó a la Nueve que le cubriera hasta Notre-Dame y con el general Leclerc fueron también protegidos por la Nueve en la mismísima catedral.

El periódico Libération publicó el 25 de agosto «¡ Ya llegaron ! ». Cuando el rumor anunció que se trataba en realidad de españoles, acudieron numerosos compatriotas. Más de 4000 españoles comprometidos con la Resistencia interior participaron en la insurrección parisina.

Ese regimiento de republicanos españoles esperaba acabar la lucha antifascista en Madrid.

Dejaron su país en 1939 con la firme intención de volver en cuanto se lograra la reconquista. Pero el final de la segunda guerra mundial no les abrió las puertas del regreso. Comprendieron que no volverían jamás a la España, que habían dejado tras sí. Envejecieron en Francia, algunos murieron antes de volver a España.

No puedo no acordarme hoy de María, de Estanislas, de Eulalia y de Joaquín, mi abuelo, quien, hace 69 años, luchaba muy cerca de aquí por nuestra libertad. Prosiguió su combate hasta en Alemania. Con franceses, fueron los primeros en ocupar el « nido de águila » de Hitler. Después se alistó con el general Leclerc y embarcó para Indochina. Fue uno de los pocos de la Nueve que volvieron.

Condecorado, entre tantas medallas, con la Cruz de guerra con estrella de bronce, hoy tendría noventa años, estoy orgullosa de él y pienso que en estos momentos, donde esté ¡ debe de estar orgulloso de la Niña que lleva esta bandera !

« El trabajo de memoria debe ser un trabajo colectivo ya que la historia pertenece a todos, es nuestro patrimonio ».

Quisiera agradecer a todos los familiares que me sostuvieron en todos los trámites y búsquedas, y particularmente a mi padre quien me ayudó, juntando todos sus recuerdos, sus vivencias, para trazar el camino recorrido por nuestra familia.

Gracias a todas las asociaciones francesas y españolas que se han desvivido para que podamos estar aquí hoy.

¡ Gracias a Evelyn Mesquida y a todos los que me ayudaron « para no olvidar » !

Muchas gracias a todos.

Tag(s) : #Paris 25 Août 2013

Partager cet article

Repost 0