Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le symbole est lourd de sens même s’il a échappé à beaucoup. L’image aurait pu passer inaperçue pourtant elle est significative de l’évolution des mentalités. La preuve d’un changement du regard de la société sur l’histoire immédiate, comme le soulignerait Jean Lacouture.

Hier matin à 11 h 15, pour la première fois depuis la fin de la guerre 39-45, une gerbe de fleurs ornée d’un ruban violet, déposée très officiellement, rappelait le rôle des Républicains espagnols dans le combat, aux côtés de la Résistance, contre l’occupation nazie.

Tamara Vall-Guerrero, présidente de l’association Mémoire de l’Espagne républicaine et résistante (Merr 32), se bat depuis quatre ans pour ce geste symbolique. Fille du guérillero combattant dans le Gers appelé Camilo et colonel dans l’armée républicaine espagnole, elle avait les larmes aux yeux, hier matin, portant les fleurs. « Pour nous, fils, filles ou petits-enfants de Républicains espagnols, c’est très émouvant de pouvoir honorer la mémoire de ceux qui sont tombés pour la liberté de la France. »

Pourtant, il n’a pas été aisé à l’association de faire reconnaître le droit de participer officiellement à la cérémonie. Les résistances politique (les Républicains sont souvent amalgamés aux anarchistes et aux communistes) ou philosophique (difficile d’accepter de partager les honneurs de la victoire) ont la vie dure. Les Républicains espagnols ont combattu dans le Gers à Castelnau-sur-l’Auvignon, à L’Isle-Jourdain et aux côtés du Bataillon de l’Armagnac. « Il nous semblait naturel de rendre hommage à ces hommes, témoigne Tamara Vall-Guerrero. À l’heure où l’on construit l’Europe, où l’on parle de paix, cela nous semble primordial. » La présidente de l’association a rencontré les différents préfets du Gers qui se sont succédé mais également l’Office national des anciens combattants (Onac) et le Comité gersois pour la mémoire des anciens combattants. Il aura fallu la rencontre avec des individus intimement persuadés du bien-fondé de la reconnaissance officielle des Républicains dans la Résistance pour aboutir à ce dépôt de gerbe.

Sur les fleurs, un ruban, du même violet que le manteau de la présidente de Merr 32. Un clin d’œil au drapeau de la seconde république espagnole (1936-1939) que Franco a décapitée.

La bannière rouge, jaune, violet ne flotte pas encore au pied du monument aux morts.

Un jour peut-être.

Première cérémonie du 8 mai avec les Républicains espagnols dans le Gers
Tag(s) : #Initiatives en France

Partager cet article

Repost 0